Connectez-vous!


Connexion auto
[Aide]
Nouveau compte
2 millions de comptes créés

100% gratuit!
[Avantages]


  • Accueil
  • Accès rapides
  • Imprimer
  • Livre d'or
  • Recommander
  • Signaler un bug
  • Faire un lien


  • Recommandés :
    - Traducteur italien
    - Jeux gratuits
    - Nos autres sites



    [Italien]Exercice- Il Carnevale di Venezia

    << Forum Italien || En bas

    [POSTER UNE NOUVELLE REPONSE] [Suivre ce sujet]


    [Italien]Exercice- Il Carnevale di Venezia
    Message de mondets posté le 03-02-2010 à 22:54:22 (S | E | F)

    Buonasera a tutti,
    per farvi conoscere meglio il carnevale di Venezia che è uno dei più famosi d’ Europa, vi propongo di tradurre in francese questo testo, ispirato a parecchi articoli, scritto con l’aiuto di un’amica italiana che ringrazio ancora.
    Proposta di correzione alla fine del mese di febbraio. Buon lavoro se volete!


    Bonsoir à tous,
    afin de vous faire mieux connaître le carnaval de Venise qui est un des plus célèbres d'Europe, je vous propose de traduire en français ce texte, inspiré de divers articles, écrit avec l’aide d’une amie italienne que je remercie encore.
    Proposition de correction à la fin du mois de février. Bon travail si vous le souhaitez !



    Il Carnevale di Venezia e le sue maschere.

    La festa del Carnevale è ispirata alle feste dell'antichità dei Saturnali, che perpetuavano dei riti preistorici, celebrando il ritorno del sole dopo il solstizio d’inverno. Queste festività vedevano l'ordine sociale sconvolto e la gerarchia invertita perché in quei giorni, schiavi e padroni si scambiavano di ruolo. Così tutto ciò che era proibito abitualmente agli umili diventava permesso.

    Il Carnevale di Venezia fa parte di questa tradizione secolare. La sua più antica attestazione risale al Medioevo; un documento dell’ XI secolo emanato dal Governo della Serenissima, concedeva ai più umili dei suoi membri un breve periodo di divertimento e di feste con delle musiche e delle danze.

    L’uso della maschera ed i travestimenti garantivano a tutti i partecipanti l'anonimato ed i saluti diventavano più semplici e dovunque risuonavano dei: "Buongiorno signora maschera". Così si instaurava di fatto una mescolanza sociale che alleata alla libertà di espressione regnante all'epoca, autorizzava a burlarsi delle autorità e di tutti, così come della classe aristocratica.

    Si sviluppò presto un vero e proprio commercio di maschere e di abiti. Le maschere venivano realizzate allora in differenti materiali come l'argilla, la cartapesta, il gesso e la garza; poi venivano abbellite ed arricchite con disegni, ricami, perle, piume ecc..

    A partire dal XVIII secolo, uno dei travestimenti più comuni in uso anche al giorno d’oggi, era la Baùta. Questa è un costume esclusivamente veneziano indossato da entrambi i sessi ed è costituito: da una maschera bianca la “larva”, un cappello il “tricorno nero” e da un mantello scuro chiamato il “tabarro”. La Baùta oltre ad essere ampiamente utilizzata per il Carnevale, lo era anche per il teatro o per incontri galanti.

    Un altro abito tipico dell'epoca era la "Gnaga" che permetteva agli uomini di travestirsi da donna. La sua realizzazione era semplice: abiti femminili, una maschera da gatta ed un cesto portato a mano, nel quale si teneva spesso un piccolo gattino. Alle donne piaceva molto un travestimento chiamato "Moretta" costituito da una maschera di velluto scuro con un cappellino, dei vestiti e dei veli raffinati.

    Questa epoca magnificata dai fasti, è quella dello scrittore veneziano Giacomo Casanova, simbolo della seduzione, forse il veneziano più conosciuto nel mondo. Ma non si devono dimenticare né il grande drammaturgo e librettista veneziano Carlo Goldoni, né i due personaggi più carini ed amati della commedia dell’arte cioè i due innamorati che sono Arlecchino e Colombina.

    Purtroppo nel 1797 l'occupazione francese di Napoleone mise fine all'indipendenza della Serenissima ed il Carnevale fu proibito, ma venne riabilitato nel 1979 per il nostro piacere più grande.



    Réponse: [Italien]Exercice- Il Carnevale di Venezia de jod47, postée le 04-02-2010 à 09:07:53 (S | E)
    Bonjour,

    E grazie caro mondets ( a te, anche la tua amica italiana ) per questo testo, Venezia la Serenissima..!! che bella città!! dai sognamo ( anche: sogniamo..? )un po'; ecco la mia proposta:
    Et merci cher mondets pour ce texte, Venise la Serénissime!! quelle belle ville! allez..rêvons un peu!! ; voici ma proposition:

    Le Carnaval de Venise et ses masques.

    La fête du Carnaval est inspirée par les fêtes Saturnales de l'Antiquité qui perpétuaient des rites préhistoriques célébrant le retour du soleil après le solstice d'hiver. Ces festivités voyaient l'ordre social bouleversé et la hiérarchie inversée parce que durant ces jours-là, esclaves et maîtres s'échangeaient les rôles. Ainsi tout ce qui était habituellement interdit aux humbles gens devenait permis.

    Le Carnaval de Venise fait partie de cette tradition séculaire. La plus ancienne trace de son existence remonte au Moyen-Age; un document du XI°siècle émis par le gouvernement de la Sérénissime, concédait aux plus humbles de ses membres une brêve période de distractions et de fêtes avec des musiques et des danses. L'utilisation des masques et déguisements garantissait à tous les participants l'anonymat et les saluts devenaient plus simples, partout résonnaient des: "Bonjour madame masquée". S'instaurait de fait un amalgame social qui, allié à la liberté d'expression régnant à l'époque, autorisait la dérision des autorités et de tous, même de la classe aristocratique.

    Très vite, il se développa un vrai et propre commerce de masques et de costumes. Les masques étaient réalisés alors en diverses matières telles l'argile, le papier-mâché, le plâtre et la gaze ( le tulle?), ensuite ils étaient embellis et enrichis par des dessins, des broderies, perles, plumes...

    A partir du XVIII° siècle, parmi les déguisements en usage,un des plus prisé, encore aujourd'hui,était :"La Bautà" ( le loup?). Il s'agit d'un costume exclusivement vénitien porté par les deux sexes et composé: d'un masque blanc "le fantôme, l'ombre" ( ? ), d'un chapeau tricorne noir et d'un manteau sombre appelé "cape". La Bautà, en plus d'être amplement utilisée pendant le Carnaval, l'était également pour le théâtre et les rencontres galantes.

    Un autre habit typique de l'époque était la :"Gnaga" qui permettait aux hommes de se travestir en femme. Sa réalisation en était simple: vêtements féminins, un masque de chatte et un panier porté à la main dans lequel se trouvait souvent un chaton. Aux dames, plaisait beaucoup un déguisement appelé: "Moretta" ( brunette), composé d'un masque de velours noir, d'un petit chapeau, de robes et de voiles raffinés.

    Cette époque magnifiée par ses fêtes est celle de l'écrivain Giacomo Casanova, symbole de la séduction, peut-être le vénitien le plus connu dans le monde. Mais on ne doit pas oublier pour autant ni le grand dramaturge et librettiste vénitien:Carlo Goldoni, ni les deux personnages les plus adorables et aimés de la Commedia dell"arte c'est à dire les deux amoureux que sont Arlequin et Colombine.

    Malheureusement en 1797, l'occupation française par Napoléon mit fin à l'indépendance de la Sérénissime et le carnaval fut interdit, mais sera réhabilité en 1979 pour notre plus grand plaisir.








    Réponse: [Italien]Exercice- Il Carnevale di Venezia de michou56, postée le 04-02-2010 à 10:44:03 (S | E)
    Mondets

    Ecco la mia traduzione

    Le Carnaval de Venise et ses masques.

    La fête du Carnaval est inspirée par les fêtes Saturnales de l’antiquité, qui perpétuaient des rites préhistoriques, célébrant le retour du soleil après le solstice d’hiver. Ces festivités voyaient l’ordre social bouleversé et la hiérarchie inversée puisque pendant ces jours, esclaves et maîtres s’échangeaient les rôles. Ainsi tout ce qui habituellement était interdit aux humbles devenait permis.

    Le Carnaval de Venise fait parti de cette tradition séculaire. Sa plus antique marque remonte au médiéval ; un document du XI siècle émis par le gouvernement de la Sérénissime, octroyait aux plus humbles de ses membres une brève période d’amusement et des fêtes avec de la musique et des danses.

    L’usage du masque et des déguisements garantissait à tous les participants l’anonymat et les saluts devenaient plus simples et partout résonnaient : « Bonjour madame masquée ». Ainsi s’instaurait de ce fait un mélange social qui allié à la liberté d’expression régnant à l’époque, autorisait la dérision des autorités et de tous, ainsi que de la classe aristocratique.

    Rapidement se développa un réel et propre commerce de masques et de costumes. Les masques étaient alors réalisés dans des matériaux diverses comme l’argile, le carton-pâte, le plâtre et la gaze ; puis ils étaient embellis et enrichis par des dessins, broderies, perles, plumes etc.

    A partir du XVIII siècle, un des déguisements les plus communs encore en usage de nos jours, était la Bautta. C’est un costume exclusivement vénitien endossé par les deux sexes et constitué ; d’un masque blanc la « larve », un chapeau le « tricorne noir » et d’un manteau noir appelé la « houppelande ». la Bautta amplement utilisé pour le Carnaval, l’était aussi pour le théâtre et les rencontres galantes.

    Un autre costume typique de l’époque était la ‘Gnaga » qui permettait aux hommes de se déguiser en femme. Sa réalisation est simple : vêtements féminins, un masque de chat et un panier porté à la main, dans lequel se trouvait souvent un chaton. Un déguisement appelé « Moretta » plaisait beaucoup aux femmes, il était constitué d’un masque de velours noir avec un petit chapeau, des vêtements et des voiles raffinés.

    Cette époque magnifiée par les fêtes, est celle de l’écrivain vénitien Giacomo Casanova, symbole de la séduction, peut-être le vénitien le plus connu dans le monde. Mais on ne doit pas oublier ni le grand dramaturge et librettiste vénitien Carlo Goldoni, ni les deux personnages les plus adorables et les plus aimés de la comédie de l’art c'est-à-dire les deux amoureux que sont Arlequin et Colombine.

    Malheureusement en 1797 l’occupation française de Napoléon mit fin à l’indépendance de la Sérénissime et le Carnaval fut interdit, mais fut réhabilité en 1979 pour notre plus grand plaisir.

    Grazie











    Réponse: [Italien]Exercice- Il Carnevale di Venezia de orsola45, postée le 07-02-2010 à 14:37:26 (S | E)
    Grazie Mondets per questo testo molto istruttivo , leggendolo mi vengono in mente le figure
    viste alla televizione su questo Carnevale pieno di misteri.

    Merci, Mondets pour ce texte très instructif, en le lisant je revois les images vues à la télévision sur ce Carnaval plein de mysteres.

    Le Carnaval de Venise et ses masques
    La fête du Carnaval s’inspire des Saturnales, fêtes de l’antiquité, perpétuant ainsi des rites préhistoriques et célébrant le retour du soleil après le solstice d’hiver.
    Ces festivités perturbaient l’ordre social et inversaient la hiérarchie car durant celles-ci, le maître devenait esclave et vice-versa. Par conséquent, tout ce qui était habituellement interdit aux hommes devenaient permis.
    Le Carnaval de Venise fait partie de cette tradition séculaire. La preuve la plus ancienne remonte au Moyen-âge ; c’est un document du 11ième siècle publié par le gouvernement de la Sérénissime, qui accordait aux plus humbles de ses sujets une courte période de divertissements et de fêtes agrémentée de musique et de danse.
    Le port du masque et des déguisements garantissait l’anonymat à tous les participants et les salutations se simplifiaient, de partout résonnait des : « Bonjour madame masque ».
    Ainsi s’instaurait un mélange social qui, ajouté à la liberté d’expression régnante à l’époque, autorisait de se moquer de l’autorité, des autres et même de la classe aristocratique.
    Un véritable commerce destiné aux masques et aux habits se développa rapidement . les masques étaient alors fabriqués avec différents matériaux tels que l’argile, le carton-pâte, le plâtre, la gaze ; puis embellis et enrichis par des dessins, des broderies, des perles, des plumes etc…
    A partir du 18ième siècle, un des déguisements le plus porté encore au jour d’aujourd’hui, est la « Bautà ». Celui-ci est un costume exclusivement vénitien et se compose : d’un masque blanc : « la larva », d’un chapeau : le tricorne noir, et d’une cape sombre appelée le « Tabarro ». La « Bautà », en plus d’être beaucoup porté pour le Carnaval, était également utilisé pour le théâtre et les rencontres galantes.
    Un autre vêtement typique de l’époque était la « Gnaga », il permettait aux hommes de se déguiser en femme. Sa réalisation était simple : vêtements féminins, un masque de chatte et une corbeille portée à la main dans laquelle on y trouvait souvent un chaton.
    Un déguisement appelé « Moretta » plaisait beaucoup aux dames, il se compose d’un masque de velours sombre, d’un petit chapeau, de vêtements et de voiles raffinés.

    Cette époque somptueuse de fastes est celle de l’écrivain vénitien Giacomo Casanova, symbole de la séduction, peut-être le vénitien le plus connu dans le monde. Mais on ne doit pas oublier le grand dramaturge et parolier vénitien Carlo Goldoni, ainsi que les deux personnages adorables et aimés de la Comédie de l ‘Art que sont nos deux amoureux Arlequin et Colombine.

    Malheureusement, en 1797, l’occupation française de Napoléon mit fin à l’indépendance de la
    Sérénissime et le Carnaval fut interdit, mais rétabli en 1979 pour notre plus grand plaisir.



    Réponse: [Italien]Exercice- Il Carnevale di Venezia de rita12, postée le 13-02-2010 à 15:07:51 (S | E)
    Ciao Mondets,

    Merci de nous faire profiter de ce texte bien documenté:

    Le Carnaval de Venise et ses masques.
    La fête de Carnaval s'est inspirée des fêtes des saturnales de l'antiquité, qui perpétuaient des rites préhistoriques célébrant le retour du soleil après le solstice d'hiver. Ces festivités voyaient l'ordre social bouleversé et la hiérarchie inversée parce qu'à ce moment là, esclaves et patrons changeaient de rôle. Ainsi tout ce qui était interdit habituellement aux humbles devenaient permis.

    Le Carnaval de Venise fait partie de cette tradition séculaire. Sa plus ancienne attestation remonte au moyen âge; un document du XI siècle émané du Gouvernement de la Sérénissime, concédait aux plus humbles de ses membres une brève période de divertissement et de fête avec musique et danse.

    L'usage des masques et des déguisements garantissait à tous les participants l'anonymat et les bonjours devenaient plus simples et partout résonnaient des: " Bonjours Monsieur le masque". Ainsi s'instaurait de facto un brassage social qui lié à la liberté d'expression régnant à l'époque, autorisait à se moquer des autorités et de tout ainsi que de la classe aristocratique.

    Très tôt se développa un véritable commerce de masques et vêtements. Les masques étaient réalisés alors de différents matériaux tels que l'argile, le papier mâché, le plâtre et la gaze, puis étaient embellis et décorés de dessins, broderies, perles, plumes etc.
    A partir du XVIII siècle, un des déguisements les plus communs en usage encore aujourd'hui était la Bauta. C'est un costume exclusivement de Venise porté aussi bien par l'homme que par la femme et constitué: d'un masque blanc la "larva", un chapeau le "tricorne noir" et d'un manteau sombre appelé le "tabarro". La Bauta outre à être utilisé pour le Carnaval, l'était aussi pour le théâtre ou pour les rencontres galantes.
    Un autre déguisement typique de l'époque était la "Gnaga" qui permettait aux hommes de se déguiser en femme. Sa réalisation était simple: un déguisement féminin, un masque de chat ou un panier en main, dans lequel il y avait souvent un petit chat. Un vêtement appelé "Moretta" qui plaisait beaucoup aux femmes était constitué d'un masque en velours foncé avec une capeline des vêtements et des voiles raffinés.

    Cette époque magnifiée par les fastes et par celui de l'écrivain vénitien Giacomo Casanova, symbole de la séduction peut-être le vénitien le plus connu du monde. Mais on ne doit oublier ni le grand dramaturge et librettiste vénitien Carlo Goldoni, ni les deux personnages les plus aimés de la "commedia del arte" c'est à dire les deux amoureux que sont Arlecchino et Colombina.
    Malheureusement en 1797 l'occupation française de Napoléon mit fin à l'indépendance de la Sérénissime et le Carnaval fut interdit, mais il fut réabilité en 1979 pour notre plus grand plaisir.






    [POSTER UNE NOUVELLE REPONSE] [Suivre ce sujet]


    << Forum Italien
    Recommander cette page


    > INDISPENSABLES: TESTEZ VOTRE NIVEAU | GUIDE DE TRAVAIL | NOS MEILLEURES FICHES | Les fiches les plus populaires | Aide/Contact

    > COURS ET TESTS: Abréviations | Accords | Adjectifs | Adverbes | Alphabet | Animaux | Argent | Argot | Articles | Audio | Auxiliaires | Chanson | Communication | Comparatifs/Superlatifs | Composés | Conditionnel | Confusions | Conjonctions | Connecteurs | Contes | Contraires | Corps | Couleurs | Courrier | Cours | Dates | Dialogues | Dictées | Décrire | Démonstratifs | Ecole | Etre | Exclamations | Famille | Faux amis | Films | Formation | Futur | Fêtes | Genre | Goûts | Grammaire | Grands débutants | Guide | Géographie | Heure | Homonymes | Impersonnel | Infinitif | Internet | Inversion | Jeux | Journaux | Lettre manquante | Littérature | Magasin | Maison | Majuscules | Maladies | Mots | Mouvement | Musique | Mélanges | Méthodologie | Métiers | Météo | Nature | Nombres | Noms | Nourriture | Négations | Opinion | Ordres | Participes | Particules | Passif | Passé | Pays | Pluriel | Politesse | Ponctuation | Possession | Poèmes | Pronominaux | Pronoms | Prononciation | Proverbes | Prépositions | Présent | Présenter | Quantité | Question | Relatives | Sports | Style direct | Subjonctif | Subordonnées | Synonymes | Temps | Tests de niveau | Tous les tests | Traductions | Travail | Téléphone | Vidéo | Vie quotidienne | Villes | Voitures | Voyages | Vêtements

    > INFORMATIONS : Copyright - En savoir plus, Aide, Contactez-nous [Conditions d'utilisation] [Conseils de sécurité] Reproductions et traductions interdites sur tout support (voir conditions) | Contenu des sites déposé chaque semaine chez un huissier de justice. NE PAS COPIER | Mentions légales / Vie privée / Cookies.
    | Cours et exercices d'italien 100% gratuits, hors abonnement internet auprès d'un fournisseur d'accès.